Objectifs scientifiques

Avec le projet expérimental redivivus, nous partons de l’hypothèse qu’un travail de médiation à l’approche globale, issue de trois grandes dimensions complémentaires, permettrait une meilleure compréhension et appropriation du patrimoine moderne dans un contexte où son adaptation semble nécessaire. Ces trois dimensions sont :

  • La dimension culturelle (spatiale, architecturale, historique, constructive) : la connaissance des enjeux, des spécificités (concepts, écriture architecturale) et des atouts de l’architecture apparaît comme l’un des leviers à la mise en valeur, la préservation ou la rénovation qualitative des ensembles d’habitat moderne. Il est donc question de médiation architecturale et urbaine, comme de l’acquisition de connaissances.
  • La dimension sociale (acteurs et gestion du patrimoine) : notre recherche a montré l’hétérogénéité des habitants (attitudes d’habitants) dans leurs perceptions et usages de leurs quartiers modernes. Cette diversité crée son lot de clivages et de blocages qui parfois peuvent mettre en péril une copropriété et le bâti lui-même. En résulte la question de la création et de l’adoption d’un langage ou socle commun de référence comme appui à l’action.
  • La dimension constructive et énergétique qui, en confrontant le confort ressenti et mesuré, met en perspective la durabilité de ces ensembles d’après-guerre et les objectifs à atteindre en préservant l’architecture d’origine. Cet aspect prendra appui sur le travail du TSAM (F. Graff, G. Marino).

Notre projet embrassera ainsi ces trois dimensions autour de différents moments et objets qui doivent “créer opportunité de la rencontre entre acteurs” et “faire levier” pour faciliter la gestion de tels ensembles dans l’objectif double de préserver le patrimoine architectural et de l’amener vers une plus grande durabilité. Parmi ces moments :

  • le travail en commun (ateliers),
  • la co-conception d’outils de médiation, en atelier comme dans les enseignements
  • et enfin la restitution et la diffusion des résultats

L’objectif des partenariats engagés et des enseignements liés est de rendre opérationnel un processus de projet multi-acteurs assorti d’outils reproductibles (adaptables à d’autres quartiers d’après-guerre, par exemple). La co-conception visera d’une part une plus grande justesse et ergonomie des outils réalisés (méthodes visuelles, maquettes, modes de présentation), d’autre part la création d’un socle commun de références (vocabulaire, modalités de travail en commun, complémentarité des approches d’acteurs) nécessaire à la réussite d’une telle expérimentation. Ces outils doivent, à terme, mieux (in)former et accompagner les acteurs pour leur permettre de conjuguer le patrimoine moderne et les enjeux de la transition énergétique.

Ce blog sert à garder trace de l’avancement du projet et maximiser la participation des acteurs. Par ailleurs, un petit film sera réalisé par Zoé Vandenberg (sociologue, vidéaste) sur cette expérimentation, afin de favoriser un “retour sur expérience” et stimuler les échanges futurs entre copropriétaires, partenaires… et d’autres quartiers en proie aux mêmes questionnements !