Médiation de l’architecture

“Sensibiliser et partager autour de l’architecture, de l’urbanisme et du
paysage : enjeux et méthodes de la médiation”

Coordination: Caroline Mazel, architecte, PAVE, ENSAPBx / Médiarchi, coordinatrice pédagogique | Manon Labarchède, architecte DE, doctorante PAVE, ENSAPBx

Enjeux

Le caractère de bien collectif et public de l’architecture, expression identitaire d’une culture, justifie l’importance d’une connaissance au-delà du cercle des experts. Pourtant cette connaissance est l’objet d’appréciations diverses : quotidien de tous, elle est associée à la production d’une élite experte et intellectuelle (trop) en décalage avec les préoccupations populaires ; elle suscite un appétit de connaissance de la part du plus grand nombre ; elle est porteuse de savoirs culturels et civiques. Le faible investissement de la puissance publique dans la valorisation de l’architecture contemporaine (à la différence du patrimoine) ne favorise pas un tel dessein – même si des politiques ciblées ou « grand public » popularisent les grandes œuvres et auteurs-, ni la distance entre savoirs d’experts (architectes principalement) et ceux de la population. L’hypothèse d’une culture architecturale plus consistante permettrait l’appropriation de la production de son cadre de vie et une participation plus active et informée aux mécanismes de sa fabrication. C’est une forme de légitimité civique au moment où l’architecture est traversée par de grands enjeux sociétaux et citoyens : la protection de l’environnement, la promotion de la durabilité, l’accès au confort pour tous, la lutte contre l’exclusion spatiale, une interrogation critique sur les effets de la mondialisation et de la métropolisation, la nécessité de dessiner de nouvelles villes dans un moment clé de transition énergétique. La culture architecturale ne peut donc se limiter à un cercle d’initiés, d’érudits ou de professionnels mais gagne à pénétrer des cercles de plus en plus larges de publics, de citoyens, d’institutions.

Transmettre cette connaissance ne s’improvise pas et les experts peuvent s’avérer de mauvais ambassadeurs voire être contre-productifs. Cela impose un minimum de pédagogie, de méthodes, de compétences pour opérer un transfert du monde des experts vers le grand public ; un nouveau métier se dessine. Beaucoup d’associations, d’institutions, ont l’expérience d’un tel transfert et des professionnels ont pu acquérir des compétences pour penser et réfléchir sur les modes et les méthodes appropriées. Il importe de « professionnaliser » l’acquisition de telles compétences pour former de futurs professionnels sur le marché de la diffusion, de la sensibilisation, de la transmission de la connaissance architecturale.

La motivation de cet enseignement est conjointement né du travail singulier de Médiarchi, de la réflexion théorique de Roberta Ghelli (thèse de doctorat sur la médiation auprès du jeune public), des interrogations permanentes de PAVE sur l’appropriation de l’architecture, sur les professions et les métiers de l’architecture, sur les enjeux de villes contemporaines, et sur l’étude commandée par le Ministère de la culture et de la communication sur la culture architecture des Français publiée en mars 2018 (cf. bibliographie). Il répond par ailleurs aux ambitions de la Stratégie Nationale pour l’Architecture lancée par la Ministre de la Culture et de la Communication en octobre 2015. Il constitue un préambule au DIE (Diplôme Inter Etablissements) en Médiation de l’architecture contemporaine, co-organisé par l’ensapBx et l’Université de Bordeaux.